Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Un Fond de Culotte SVP!

Un Fond de Culotte SVP!

Quoi? Ma commande vous étonne?

C'est que vous avez l'esprit mal tourné! Non mais oh!

Je vous parle du cocktail à base de suze (très bon d'ailleurs, vous trouverez la recette ici) qui se dénome ainsi en raison du slogan d'une marque de gentiane: "Il ne s'use qu'assis!" Suze-cassis le "Fond de culotte".

Ils savaient faire dans le jeu de mots grivois dans les années 30!

D'accord, d'accord, ce n'est pas le plus célèbre de tous les cocktails, d'autres ont mieux su accéder à la postérité.

Par exemple, le "vodka-martini ""shaken, not stirred" de James Bond, toujours mélangé au shaker. Un vrai puriste!

Ajoutons à la liste de notre espion britannique préféré (c'est d'ailleurs le seul non?) le "Bloody Mary". Son nom a, selon les piliers de bar les experts es cocktail, plusieurs origines.

J'aime à retenir que le "Bloody Mary" viendrait d'Hemingway, qui craignant les colère de sa femme, Mary Welsh, lorsqu'il levait un peu trop le coude, la surnommait bloody Mary (satanée Mary).

Il aurait alors demandé au barman du Ritz de lui servir un alcool "sans odeur".

Mais il n'y a pas que James Bond qui a immortalisé des cocktails.

Le "Cosmopolitan" par exemple! Carrie Bradshow et ses copines! Sex and the city!

Alors ça, si c'est pas un cocktail girly! C'est d'ailleurs grace à une barmaid que ce cocktail a rencontré un grand succés auprès des femmes (Sex an the city a juste réussi à le rendre hypra à la mode).

Dans les années 70, Cheryl Cook devait sûrement en avoir assez de l'atmosphère bourrée (c'est le cas de le dire) de testostérone dans laquelle elle travaillait. Elle a alors rebaptisé le "Stealth Martini" en "Cosmopolitan" et elle a ainsi lancé la mode des "girls drink", des boissons pour filles.

So Cosmo!

So Cosmo!

Dans les boissons pour filles, on y retrouve d'ailleurs le "White Russian", le russe blanc.

Et oui, même si c'est Le "Duc" Lebowski qui lui a redonné sa gloire, les russes, eux, considèrent ce cocktail comme une boisson pour femme ou pour touriste (ben oui! ce sont des russes!)

The Big Lebowski, où Jeff Bridges boirait d'ailleurs réellement neufs cocktails afin d'être dans le même état que devrait être son personnage. Enfin ça reste une légende de tournage.

Une expérience urbaine a néanmoins exploité cette rumeur.

Baptisée "The Big Experience", elle consiste à boire les neufs cocktails en même temps que le Duc pendant le film, afin de saisir toutes les subtilités du personnage.

Je ne l'ai pas personnellement testée, mais promis, la prochaine fois que je sors le dvd, je la tente (non non, ne m'en dissuadez pas, c'est avec dévotion que je me lancerais dans l'experience!).

A l'inverse, un nom de cocktail a donné son nom à un film: Le Tequila Sunrise.

Un cocktail qui donne un goût de vacances et de soleil! (bon c'est vrai, le film n'a rien à voir avec des vacances au soleil, pour ça, il y a les Bronzés).

Toutefois, même si sa réputation n'est plus à faire, sa recette originale elle, reste inconnue.

En effet, la recette, divulguée avec parcimonie par son créateur, connaît imédiatement un succès fulgurant. Si bien que les riches clients du "Biltmore Arizona" s'empressent d'en faire sa publicité. Mais ne connaissant que sa couleur (rose-orangé) et son principal ingrédient (la tequila, CQFD), la recette est rapidement remaniée par les barmans tenus hors de la confidence.

Ce cocktail, autrefois réservé à une clientèle aisée, a connu malheureusement le déclin, et il n'est pas rare maintenant de tomber sur un cocktail fade à base de tequila bon marché, de multifruit et de brochettes de bonbons en guise de déco.

Cocktail et cinéma, un savoureux mélange non?

En tout cas, s'il vous prend l'envie de tester tous ces cocktails le même soir (et pourquoi pas de tenter la "Big Experience" dans la foulée!), je vous conseille vivement de préparer à l'avance "une mixture debout les morts ", dans le cas d'une éventuelle gueule de bois ;-)

Le "Duc" Lebowski, et son énième "White Russian"

Le "Duc" Lebowski, et son énième "White Russian"